• Claudine Douillet

Comment j'ai démarré sur le net ?

Mes débuts sur internet avec Alliance le premier magazine sur le net

Il y avait deux choses dont j'avais toujours eue en horreur dans ma vie : les mathématiques et l'informatique. Cette rime me donnait le frisson, et je ne m'imaginais pas une seule seconde passer une partie de ma vie derrière un écran... Ça manquait d'émotion, de passion, un monde étriqué, rigide, sans fantaisie... En revanche j'avais une passion forte, écrire, l'expression écrite, transmettre. Par un concours de circonstances mon aversion et ma passion se sont rencontrées et ont donné naissance à Alliance, le premier magazine de la communauté juive sur le net. J'ai compris que la passion, permet de prendre appui sur ce que vous n'aimez pas et d'en faire votre alliée . Par la suite j'ai remarqué que la zone de confort où on a l'habitude d'évoluer nous empêchait justement d'évoluer. Quand j'ai pensé à créer un magazine juif sur le net je n'étais motivée que par une seule chose, écrire, la liberté d'écrire et de partager, de faire connaître le judaïsme sous toute ses formes, de faire de ce magazine un outil de connaissance, de permettre de relier l'ensemble des communautés juives de part le monde, relier toutes les tendances juives mêmes les plus éloignées, faire une Alliance avec toutes les étincelles du judaïsme. Je n'ai jamais pensé d'en faire une start-up, voire même gagner de l'argent, juste être libre d'écrire et de diffuser sans contraintes. Je n'ai surtout pas penser que je serais la première à avoir cette idée et qu'Alliance serait le premier magazine sur le net. Mais avant d'arriver à cette évidence le chemin fut laborieux. En 1993 je rencontrai Laurence Couques alors déjà propriétaire du magazine Shalom Magazine et je lui proposais mes services, bénévolement, pour la réalisation d'un nouveau support papier ; Shalom Madame. L'ère du judaïsme au féminin émergeait et nous savions qu'il fallait être à l'écoute de cette tendance, ou de la créer...qui l'oeuf de la poule ? Nous avions donc créé le premier magazine juif féminin " Shalom Madame "publication papier en 1993, beau succés, aventure passionnante, j'étais déjà maman de 3 enfants, que j'emmenais un peu partout avec moi. Ce magazine représentait énormément pour moi il concrétisé mon rêve d'écriture, de relation et de service, de création, tout en flattant mon égo bien entendu... Cependant, comme toutes les bonnes choses ont une fin, ou du moins que tout a un cycle , Shalom Madame s'arrêta brutalement, à sa 3 eme parution. Emportées par notre passion de création, de faire de ce magazine quelque chose d'innovant pour les femmes juives, d'apporter ce côté In sans déroger à la Loi juive, nous avions occulté l'aspect commercial des choses pourtant essentiel dans une telle entreprise... Je me retrouvais donc amputée de ma passion et sans aucune issue en apparence, n'ayant pas le premier sous pour me lancer ou pour continuer cette aventure de magazine papier. J'étais là , entourée de mes 4 enfants - car entre temps je mis au monde une superbe petite fille , Myriam - et je commençais à tourner en rond dans mon immense salon, seule au monde...;-) Le rôle de maman est magnifique à condition qu'il vous laisse la possibilité de vous réaliser. Seulement je compris qu'il était impossible de recréer un autre magazine, toutes les tentatives avaient échouées, sans argent, sans beaucoup d'argent, impossible de dépasser le stade de la maquette. Et puis un jour, j'entendis parler d'internet, pour moi ce n'était pas quelque chose de nouveau eh non...- si vous voulez savoir à quoi vous sert un truc inutile que vous avez appris un jour ? penchez vous sur votre futur, vous aurez la réponse - Nous n'étions qu'en 1995 lorsque je m'abonnais à club-internet.fr avec ma première adresse email rebecca@club-internet.fr, toujours actiive. Mais 3 années auparavant en 1992 je connaissais le protocole transpac qui permettait de mettre en réseaux plusieurs ordinateurs et de communiquer des informations. Cette information totalement inutile à ce moment là,en tout cas, était l'idée d'un ami de la famille, Henri Osser qui avait ressenti la nécessité en tant qu'expat français en Israël de relier l'ensemble des communautés juives du monde, sur une plate forme en 4 langues, français, anglais, espagnol et hébreu. Il m'avait demandé de lui donner un coup de main, et de chercher des informations sur le protocole pouvant faire avancer son projet. J'ai commencé mes recherches, mais il décéda avant qu'internet ne fit son apparition. Quelques temps plus tard je reçu par la poste un énorme colis, un incroyable colis, c'était l'ordinateur de Henri...Envoyé d'Israël à Chelles. Les emails n'existaient pas encore , et la poste assurait encore ce travail d'envoyer les informations les plus insolites :-) Je reçus donc son ordinateur sensé me livrer les informations afin peut-être de comprendre mieux son projet. Je savais utiliser une machine à traitement de texte , une machine à écrire mais là c'était un des premiers PC avec moniteur en couleur. Je trouvais extraordinaire tout ce que l'on pouvait lire et voir sur cette machine, particulièrement les images, passionnée déjà par le rendu visuel, c'était comme un peu découvrir la télé couleur en 1973...J'exagère à peine. Il ne manquait plus que le son et le mouvement....Il y avait là la mémoire d'un homme. Malheureusement cet ordinateur, n'a pas non plus survécu à son voyage postal et je n'ai pu qu'extraire quelques éléments du projet d'Henri qui n'apportait rien de plus de ce que j'avais de mon côté déjà exploré. Je mis cela de côté, je ne savais pas à quoi cela pourrait me servir et c'était très loin de mes préoccupations actuelles, je ne cherchais qu'une seule chose écrire et trouver un magazine qui accepterai de me prendre... Alors qu'en internet fit son apparition de manière public, pour moi c'était une évidence, je compris immédiatement l'interêt de cette connexion avec le monde.(comme quoi, tout ce que vous apprenez "d'inutile dans la vie" construit votre futur). Internet représentait une fenêtre sur le monde sans avoir besoin de sortir de chez soi. Je continuais pourtant encore à tourner en rond dans mon grand salon, mon problème n'était toujours pas résolu, qu'allais je faire de ma vie si je ne pouvais pas écrire ? Il fallait bien que je fasse quelque chose de cette formidable énergie qui me permettait d'élever 4 enfants et ce besoin viscéral de créer, tout était lié. Tout à coup l'idée traversa mon esprit comme un éclair, "créer un magazine sur le net". Cette idée, oserais je dire qu'elle était absolument géniale ...;-) de plus elle répondait à deux impératifs, mon besoin d'écrire et mon manque d'argent pour publier sur papier. Seul petit hic et il était de taille : je n'y connaissais rien et quand je dis rien c'est vraiment rien en informatique ou en ordinateur. Je suis donc la preuve vivante que la motivation fait des obstacles vos alliés, c'est ce qui vous permet de nous dépasser et de créer quelque chose de différent, de se distinguer. Être pionnier c'est difficile surtout dans le monde d'internet, c'est un monde d'homme, particulièrement à ses débuts. Il était difficile d'arriver est de dire voilà je suis une maman de 4 enfants, j'habite au bout du monde à gauche, et je veux créer un magazine sur le net , vous pouvez m'aider ??? ah et j'oubliais et je n'ai pas un sous ...;-) Oui c'est difficile, 20 , 30, 40 portes se sont fermées sur ma demande, et puis un jour Simon Midal et Nicolas Rebibo ont répondu " oui ont veut bien vous rencontrer". Ils avaient conçus le premier site de la communauté COL. Quand deux pionniers se rencontrent c'est un peu comme deux extra terrestres, ils ont compris, alors qu'encore à cette période, tous ne juraient que par le minitel... Nous nous sommes entendus et nous avons commencé notre aventure. J'étais affamée je ne laissais pas Nicolas récupérer ses nuits blanches à résoudre les problèmes rencontrés sur le site de col, je lui envoyais tous les jours des mises à jour d'Alliance. David Kessel avait accepté de me créer le logo a un petit prix, Nicolas lui travaillait bénévolement pour COL et à présent pour Alliance... 6 mois passionnants , avec beaucoup de bonnes volontés autour de moi, certains m'ont appris l'utilisation d'un logiciel html , Pagemil première version, d'autre photoshop, j'apprenais tout très rapidement car je voulais tout faire par moi-même et à mon rythme , c'est à dire très rapidement. C'était incroyable d publier en temps réel, texte, sons , images, j'étais la première à mettre les Haftarot sur un site grâce à Benjamin Houzi qui les enregistrait et me les a offertes, c'était magique, rapide, je faisais des interviews le matin, 2 heures plus tard elles étaient sur Alliance et visibles par tous partout dans le monde... Même si il n'y avait pas beaucoup d'internautes mais il fallait bien reconnaître que les premiers utilisateurs d'internet étaient les juifs. Ils ont un talent c'est de faire de grande famille qui ne tient pas en place , toujours au bout du monde et le téléphone coûtait très cher à l'époque alors qu'envoyer un email beaucoup moins. Ce besoin viscéral d'être connecté malgré la distance c'est typiquement juif. Sa femme Rivka a participé aussi à cette aventure, d'autres du bout du monde (pour de bon cette fois..) du Canada, d'Israël, des USA, sont venus rejoindre Alliance, et même si à ces débuts je me suis sentie plutôt seule, j'ai vite compris l'impact qu'allait avoir ce e-zine. J'oublierai jamais comment muée par une volonté de création pour ce magazine sur le net, je me mis à économiser franc par franc jusqu'à avoir la rondelette somme de 25.000 frs qui m'ont permis d'acquérir un gros gros Macintosh , un scanner aussi énorme, un modem 9600 baups (attention les yeux sur les factures de téléphone ...) et une imprimante. Et je n'oublierai pas non plus les larmes que j'ai versées quand je me suis retrouvée non seulement avec mes 4 enfants autour de moi mais aussi avec tous ces cartons, sans savoir comment relier chacun de ses engins, et faire fonctionner internet. J'ai appelé la société CLG chez qui j'avais acheté tout le matériel (ils sont restés mon fournisseur préféré) et leur ai demandé de venir jusqu'à chez moi pour me brancher le tout. Oui ils sont venus ! ils m'ont tout branché et ça a marché , j'étais aux anges...Quelle merveille de "surfer" sur le net Nescape 1..nous sommes en 1995, n'oubliez pas ,

et la connexion est facturée comme le téléphone. Il m'est arrivé d'avoir des factures de plus de 9000 frs. La suite à un prochain épisode. :-)



© 2020 by Alliance Com Inc

SUIVEZ NOUS:

  • LinkedIn - White Circle
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon